Mise Ă  jour le 10.06.2024

Transports en commun

Les transports en commun couvrent les transports collectifs urbains et les trains et cars régionaux.

Pour des éléments contextuels généraux sur le transport de personnes en Pays de la Loire, vous pouvez consulter notre page Etat des lieux des transports.

Potentiel de décarbonation des mobilités actives

En report modal, à la place de la voiture, les transports en commun permettent de décarboner en partie la mobilité des ligériens. La filière doit aussi explorer des leviers de décarbonation qui lui sont propres :

  • Par un meilleur taux de remplissage : cela passe par l’adoption d’un service et d’un vĂ©hicule adaptĂ© aux besoins de la population (Nombre de places dans les vĂ©hicules, frĂ©quence, lignes fixes ou transport Ă  la demande, etc.) ;
  • Par la rĂ©duction de la consommation Ă©nergĂ©tique des vĂ©hicules, en adoptant l’Ă©co-conduite ou une nouvelle motorisation, ou encore en limitant la vitesse maximale par exemple ;
  • Par la baisse de l’intensitĂ© carbone de l’Ă©nergie, via un changement pour de nouvelles technologies de motorisation faisant appel Ă  un autre vecteur Ă©nergĂ©tique (bio-GNV, vĂ©hicules Ă©lectriques, hydrogène par exemple).

Une faible part modale pour les déplacements domicile-travail

En 2017, 7% des ligériens allaient travailler en Transports en Commun (Source : INSEE)

Sur la carte ci-dessous, on constate, sans surprise que les grandes agglomérations de la région, et notamment Nantes Métropole, Angers Loire Métropole et Le Mans Métropole, sont les EPCI présentant les plus grandes parts modales de transports en commun. Les territoires à dominante rurale dépassent rarement les 4% de part modale en transport en commun.

AccĂ©der Ă  l’ensemble des donnĂ©es sur la mobilitĂ© domicile-travail : kilomètres parcourus par des vĂ©hicules, parts modales des dĂ©placements domicile-travail, distances domicile-travail et migrations pendulaires sous forme cartographique sur Terristory

Un parc de bus et car en expansion, et en cours de verdissement

La flotte de transports en commun est encore en très grande partie motorisĂ©e aux Ă©nergies fossiles  (diesel et gaz naturel). Les transports en commun, de part la mutualisation, reste nĂ©anmoins un mode de dĂ©placement bien moins Ă©metteurs que l’autosolisme. Depuis quelques annĂ©es, la tendance est au remplacement progressif d’une partie de la flotte de vĂ©hicules roulant au diesel par des vĂ©hicules au gaz, moins Ă©metteurs. L’Ă©volution de la vignette Crit’Air tĂ©moigne aussi du renouvellement progressif de la flotte. Les bus et autocars Ă©lectriques restent encore très minoritaires et reprĂ©sentent aujourd’hui 1% de la flotte totale.

La datavisualisation ci-dessous permet d’explorer quelques caractĂ©ristiques du parc de bus et autocars immatriculĂ©s en Pays de la Loire. Ces donnĂ©es n’incluent pas les vĂ©hicules immatriculĂ©s dans d’autres rĂ©gions de France ou Ă  l’Ă©tranger qui circulent sur les routes ligĂ©riennes.

Logo Objectif CO2 Transporteurs de voyageurs

Ă€ destination notamment des transporteurs routiers de voyageurs, et donc d’opĂ©rateurs de transports en commun en Pays de la Loire, le dispositif Objectif CO2, portĂ© par le programme EVE, permet de rĂ©duire durablement la consommation de carburant et les Ă©missions de Gaz Ă  Effet de Serre (GES) associĂ©es, avec deux niveaux d’engagements :

  • Dans le cadre de la Charte Objectif CO2, l’entreprise s’engage, pour une pĂ©riode de 3 ans Ă  rĂ©duire ses Ă©missions de GES, et donc ses consommations de carburant.
  • Si le niveau de performance environnementale de l’entreprise de transports de marchandises est suffisamment Ă©levĂ©, l’entreprise peut demander le Label Objectif CO2.

De nombreux levier sont explorĂ©s dont la modernisation de la flotte, l’adoption de carburants alternatifs, la formation Ă  l’Ă©co-conduite ou encore la rĂ©organisation des flux de transport. Il est possible d’obtenir plus d’informations sur le site internet du programme EVE.

Focus sur les transports régionaux en Pays de la Loire

Les transports régionaux incluent les autocars régionaux hors-TER, les TER autocars et le TER ferroviaire.

Comme le montre le graphique ci-dessous, l’offre kilomĂ©trique du rĂ©seau rĂ©gional de transports en Pays de la Loire se renforce rĂ©gulièrement depuis plusieurs annĂ©es consĂ©cutives, passant de 10,7 millions de kilomètres parcourus en 2009 Ă  plus de 13 millions en 2019. Le rĂ©seau TER enregistre une augmentation de plus de 37% de la distance parcourue entre 2009 et 2019. Parallèlement, la distances parcourues par les autocars baisse de 6 points.

Cette croissance de l’offre des transports en commun rĂ©gionaux se fait de pair avec une hausse de la frĂ©quentation des cars rĂ©gionaux et TER en Pays de la Loire, passant de 14,4 millions Ă  de 17,5 millions de 2009 Ă  2019 (+21%). Cette tendance peut Ă©galement ĂŞtre mise en regard avec l’accroissement de la population rĂ©gionale sur la mĂŞme pĂ©riode (+7,5%).

Il est possible d’accĂ©der Ă  la carto technique d’Aleop Ă  ce lien. Elle permet de consulter de nombreuses informations sur le rĂ©seau Aleop Ă  diffĂ©rents niveaux de maillage territorial.

Fréquentation des transports collectifs urbains dans les huit principales collectivités urbaines de la région

La DREAL des Pays de la Loire publie chaque annĂ©e une analyse de la frĂ©quentation des transports collectifs urbains. Les rĂ©seaux de transports collectifs urbains des huit collectivitĂ©s urbaines de plus de 100 000 habitants sont analysĂ©es dans les notes, soit les collectivitĂ©s dont la principale commune est Nantes, Angers, Le Mans, Saint-Nazaire, Laval, La Roche-sur-Yon, Cholet et Saumur. Vous pouvez y retrouver notamment la frĂ©quentation mensuelle et l’Ă©volution pluriannuelle de la frĂ©quentation de chaque rĂ©seau. L’objectif de cette collecte de donnĂ©es est de connaĂ®tre l’usage des rĂ©seaux de transports collectifs urbains et d’analyser son Ă©volution. Ces huit agglomĂ©rations concentrent Ă  elles seules plus de 99,5 % de la frĂ©quentation totale des rĂ©seaux de transports collectifs urbains de la rĂ©gion, estimĂ©e en 2021 Ă  193 millions de voyages, dont 60% pour le rĂ©seau de Nantes MĂ©tropole.

De 2002 à 2019 inclus, la fréquentation de ces réseaux a été en progression constante, portée par l’essor de l’offre dans la plupart des réseaux de la région, l’élargissement du ressort territorial de plusieurs autorités organisatrices (Cholet, Saumur, …), la généralisation des abonnements de longue durée et leur prise en charge à 50 % par l’employeur, détaille la note de la DREAL.

Les annĂ©es 2020 et 2021 marquent des coups d’arrĂŞt, Ă  cause de la pandĂ©mie de Covid-19.

 FrĂ©quentation annuelle des huit principaux rĂ©seaux de transports collectifs urbains des Pays de la Loire

En savoir plus