Traitement des Déchets d’Activités Economiques (DAE)

Que sont les déchets d’activités économiques ? 

Les déchets d’activités économiques aussi appelés DAE correspondent aux déchets qui ne sont pas des déchets ménagers. Les DAE peuvent être produits par : 

  • Les industriels ; 
  • Les commerces et les artisans ; 
  • Le secteur tertiaire (bureaux, services, transport, restauration, ect.)
  • Les services publics (administration, écoles)
  • Les services de santé (hôpitaux, médecins)

La méthodologie harmonisée d’observation des DAE de l’ADEME

L’ADEME a constaté que les DAE ne sont pas suivis de façon homogène par les observatoires régionaux et que ces derniers n’appliquent pas la même méthodologie :

  • Les observatoires n’ont pas accès aux mêmes données ;
  • Selon les régions, les indicateurs suivis ne sont pas les mêmes.

Pour répondre à ce besoin l’ADEME a engagé un travail d’harmonisation de la méthodologie  d’observation des déchets d’activités économiques, résultant par la publication d’un guide intitulé « méthode harmonisée d’observation locale des déchets d’activités économiques ».

L’observation des DAE par l’Observatoire TEO repose sur l’application de cette méthode harmonisée.

Le périmètre d’observation des DAE proposé par la méthode harmonisée se limite aux déchets d’activités économiques non dangereux non inertes, hors déchets du BTP, hors déchets agricoles, hors déchets d’assainissement (boues) et déchets assimilés aux déchets ménagers. 

5 thèmes ont été définis afin de catégoriser les besoins identifiés : 

Suivi des indicateurs 

La quantité de DAE produits en Pays de la Loire et reçus en installations de traitement ou de valorisation est estimée à 638 883 tonnes en 2020. 

Zoom sur les déchets de métaux : 

L’estimation des quantités de déchets de métaux ferreux et non ferreux traités par les installations est confrontée à la difficulté lié au statut de matière qui n’est pas nécessairement considérée comme déchet par l’entreprise productrice du déchet (c’est le cas par exemple pour les chutes neuves). Les données de l’enquête ITOM et de l’inventaire des centres de tri DAE ont été enrichies par les déclarations sous GEREP des principaux récupérateurs de métaux. L’estimation des quantités de métaux (ainsi que d’autres matières) sera renforcée dans les prochaines années grâce à la couverture de nouveaux acteurs : les déchèteries professionnelles et les centres de transit/regroupement. 

Les installations de traitement 

La carte ci-dessous présente les installations de la région ayant déclaré avoir reçu des déchets d’activités économiques en 2020. 

Les flux inter-régions

La quantité de déchets d’activités économiques non dangereux non inertes importés en Pays de la Loire pour traitement dans une installation de traitement « classiques » (centre de tri, incinérateur, plateforme de compostage, unités de méthanisation, ISDND, cimenterie) est supérieure à celle des déchets exportés dans une autre région. Pour plus de détails sur les imports et exports, consultez les indicateurs D1 et D2 de la datavisualisation disponible ci-dessus. 


« En savoir plus »

→ Accéder à la page sur la production des déchets d’activités économiques en Pays de la Loire