Mise à jour le 15.04.2024

Les Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI)

Près de 8 400 tonnes de DASRI traités en 2023 en Pays de la Loire.

Que sont les DASRI ?

Les DASRI sont les déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, curatif ou palliatif dans les domaines de la médecine humaine et vétérinaire. Sont également compris les déchets issus des activités d’enseignement, de recherche et de production industrielle dans les domaines de la médecine.

Les DASRI relèvent des catégories suivantes :

  • Déchets piquants ou coupants destinés à l’abandon, qu’ils aient été ou non en contact avec un produit biologique
  • Déchets anatomiques humains, correspondant à des fragments humains non aisément identifiables
  • Produits sanguins à usage thérapeutique incomplètement utilisés ou arrivés à péremption.

On retrouve donc :

  • les déchets coupants, perforants ou piquants : aiguilles, lames, cathéters, bistouris…
  • les déchets mous : pansements, compresses…
  • les déchets « semi » liquides : poches de liquides, tubes de prélèvement de sang, drains, crachoirs…

Les Producteurs de DASRI

Les DASRI sont issus de 2 types de producteurs : les gros producteurs (non diffus) et les petits producteurs (diffus). 

L’ARS Pays de la Loire estime qu’un peu plus de 170 établissements de santé produisent l’essentiel des DASRI de la région. 

Filières des DASRI

La filière REP des DASRI perforants à destination des patients en auto-traitement est suivie par TEO.

Retrouvez les chiffres clés régionaux 2022 de la filière dans la fiche REP dédiée.

La gestion des DASRI

Les DASRI suivent une filière d’élimination spécifique et sont soumis à des règles de traçabilité qui permettent d’attester de leur bonne élimination. Depuis 2023, cette traçabilité est obligatoirement suivie sur la plateforme Trackdéchets.

Seules 2 modalités d’élimination sont autorisées par le Code de la Santé publique pour le traitement des DASRI : 

  • L’incinération : l’incinération des DASRI s’effectue dans des fours dédiés portés à une température importante (environ 850°C). Elle peut être réalisée dans une installation spécifique, une installation d’incinération de déchets dangereux ou une installation d’incinération des déchets ménagers et assimilés conforme aux prescriptions des arrêtés modifiés du 20 septembre 2002 relatifs à l’incinération ou la co-incinération des déchets.

La co-incinération des déchets d’activités de soins à risques infectieux dans une usine d’incinération d’ordures ménagères (UIOM) autorisée à cet effet est le mode d’incinération le plus répandu sur le territoire national.

  • Le pré-traitement par désinfection (aussi appelé banalisation des DASRI) : ce procédé repose sur le traitement des DASRI par des appareils de désinfection qui neutralise leur risque infectieux, afin qu’ils puissent ensuite intégrer une filière de traitement des ordures ménagères (incinération).

La région Pays de la Loire dispose de 2 unités de traitement pouvant accueillir des DASRI (UIOM pouvant traiter des DASRI)

Le traitement des DASRI en Pays de la Loire

La région a une capacité de traitement par incinération des DASRI de 20 000 tonnes/an

  • 13 000 t/an sur l’Unité de Valorisation Energétique (UVE) ALCEA à Nantes (44) exploitée par Séché Environnement ;
  • 7 000 t/an sur l’UVE Syner’Val à Le Mans (72) exploitée par VEOLIA.

La répartition des tonnages de DASRI traités sur ces 2 installations depuis 2014 est détaillée dans les graphiques suivants : 

En raison des grandes capacités de traitement de DASRI de la région, les 2 installations acceptent pour 44% de leur volume des DASRI issus d’autres régions.


« En savoir plus »

Accéder à la fiche REP sur les DASRI perforants des patients en auto-traitement

Accéder à la page sur la production de déchets dangereux