Les solutions d’adaptation fondées sur la nature

Le changement climatique est aujourd’hui une réalité. Devant ses impacts qui se font déjà ressentir, l’atténuation n’est plus la seule réponse qui doit être adoptée. L’adaptation des territoires et des activités devient nécessaire afin de limiter les conséquences du changement climatique : températures plus élevées, sécheresses plus sévères, inondations et submersions plus fréquentes…
Les milieux naturels et les services qu’ils rendent sont alors des outils de choix pour répondre à ces problématiques.

Changement climatique, la nature comme alliée

L’écologie fonctionnelle connaît un important développement durant les années 1990, ce qui participe à l’essor de la notion de « services écosystémiques ». Cette notion permet d’appréhender l’environnement non plus seulement par le biais des sciences écologiques, mais également par celui des sciences économiques. Cela permet de souligner l’importance de la préservation des écosystèmes et de leurs fonctionnalités au regard des bénéfices qu’ils apportent aux sociétés humaines.

C’est dans la continuité de cette approche de l’écologie qu’apparaît la notion de Solutions fondées sur la Nature (SfN), comme une invitation au passage à l’action sur les territoires. Ce terme est un concept récent qui a été défini par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) en 2016. Il rassemble sous un même chapeau « les actions visant à protéger, gérer de manière durable et restaurer des écosystèmes naturels ou modifiés pour relever directement les défis de société de manière efficace et adaptative, tout en assurant le bien-être humain et produisant des bénéfices pour la biodiversité ».

En 2020, l’UICN publie le standard mondial des SfN qui regroupe 8 critères permettant à des porteurs de projet d’autoévaluer si les travaux mis en œuvre correspondent à la définition d’une SfN.
Cette notion de SfN englobe des concepts des sciences écologiques :

  • La restauration écologique (le génie ou l’ingénierie écologique) ;
  • Les concepts liés à des enjeux spécifiques tels que l’adaptation aux changements climatiques fondée sur les écosystèmes ;
  • Les concepts liés aux infrastructures tels que les infrastructures naturelles, les infrastructures vertes ;
  • Les concepts liés à la gestion tels que la gestion intégrée des zones côtières, la gestion intégrée de la ressource en eau ;
  • Les concepts liés à la protection de la nature tels que les approches de la conservation de la nature, incluant la gestion des aires protégées et d’autres mesures de conservation fondée sur le zonage ayant fait leur preuve.

Ces SfN sont donc particulièrement adaptées pour relever le défi sociétal de l’adaptation au changement climatique en ce qu’elles sont conçues pour être adaptative dans le temps. On parle alors de « Solutions d’adaptation fondées sur la Nature (SafN) » . Contrairement à des solutions d’ingénierie classique, elles ont donc une plus grande souplesse au regard du contexte changeant du climat. Ces solutions permettent d’améliorer la résilience des territoires en s’appuyant sur les services et les ressources fournis par la biodiversité et les écosystèmes. La protection, la restauration, la gestion durable des écosystèmes permet de renforcer ou de maintenir leur résilience et leur capacité d’adaptation face aux risques naturels, et de réduire le coût pour les sociétés humaines.

Des exemples de Solutions d’adaptation fondées sur la Nature en région Pays de la Loire

Concrètement, ces SafN peuvent prendre plusieurs formes et répondre à diverses thématiques dans divers milieux.

En milieu urbain, ces solutions peuvent permettre de réduire l’effet d’îlot de chaleur urbain ou de limiter les risques d’inondations par les eaux de ruissellement.

Parc Saint Serge - Angers - Ville d'Angers

Le Parc Saint Serge – Angers : La ville a transformé une ancienne friche en parc urbain de 4ha avec des essences locales. Ce parc sert de zone tampon et de zone d’expansion en cas de crue de la Maine, évitant des inondations sur les voies et les infrastructures du quartier. Il sert aussi à limiter l’effet d’îlot de chaleur en offrant un espace végétalisé pour les habitants.

 

En milieu agricole, les SafN permettent aux agriculteurs d’avoir des exploitations plus résilientes face aux impacts du changement climatique : meilleure disponibilité en eau, baisse locale de la température, lutte contre les parasites et ravageurs, limitation de l’érosion et du ruissellement…

 

Domaine de Fosse Sèche – Maine et Loire : Création d’aménagement agroforestiers adaptés au changement climatique et pour accroître la valeur écologique du domaine. Création de continuités écologiques avec des essences variées et adaptées au climat actuel et futur au sein d’un domaine viticole afin d’améliorer la résilience des activités agricoles. (Crédits photo: Adrien Pire – Programme Nature 2050)

 

Sur le littoral, ces solutions contribuent à limiter les risques d’inondation par submersion marine et l’érosion des côtés.

Baie de l'aiguillon - Crédits: LIFEBA_SHOOTVIDEO

LIFE Baie de l’Aiguillon – Vendée : Une digue de front de mer fragilisée par des événements climatiques extrêmes a été reculée. Cette dépoldérisation a permis de redonner 10 hectares de terrains cultivés et drainés à l’océan. Une zone humide s’est alors reformée, ce qui permet d’avoir une protection naturelle contre la montée des eaux et les submersions marines en ayant une zone plus importante de dissipation de la houle.

Dans le cadre de ce LIFE, est également entreprise une expérimentation de restauration de vasières, notamment par l’enlèvement des anciens supports conchylicoles sur lesquels se développe sauvagement l’huître japonaise. Les anciennes tables ont été retirés et les coquilles d’huîtres ont été broyées, avec les résidus qui restent sur site. Les vasières sont des milieux tampons face à la montée des eaux et aux risques de submersion. Ils sont également des puits de carbone et abritent une biodiversité importante qui font de ces milieux des zones à préserver. (Crédits photo: LIFEBA_SHOOTVIDEO)

 

De plus, toutes ces solutions permettent de créer ou de maintenir des milieux fonctionnels, hôtes de biodiversité. Cela donne aux espèces plus de chance de s’adapter au changement climatique.

Un programme LIFE pour démultiplier le recours à ces solutions et à la prise en compte de l’adaptation

Pour aider à la mise en œuvre du Plan National d’Adaptation au Changement Climatique 2 (PNACC2) et à atteindre les objectifs de la Stratégie Nationale de la Biodiversité, l’Office Français de la Biodiversité porte le LIFE intégré ARTISAN. Il s’agit « d’Accroître la Résilience des Territoires par l’Incitation aux Solutions d’Adaptation fondées sur la Nature ».

Tout au long de ce LIFE d’une durée de 7 ans (jusqu’en 2027), des études et des ressources seront produites par les nombreux bénéficiaires du projet : freins et leviers, outils de mise en œuvre, intégration dans la planification, groupe de travail…
Ce LIFE bénéficie également d’un atout majeur qui est la présence d’une animatrice ou d’un animateur dans chaque région de France (sauf Bretagne actuellement) et 2 animatrices pour les Outre-Mer. Ces points de contact locaux doivent notamment mettre en place un plan d’actions pluriannuel pour que les acteurs intègrent au mieux les enjeux croisés du climat et de la biodiversité par l’adaptation et les Solutions fondées sur la Nature.

Enfin, un programme démonstrateur constitué de 10 sites pilotes va permettre de mettre concrètement en place des SafN avec des indicateurs de suivis et d’évaluation afin d’aider à la réplicabilité.


En savoir plus

 

  • Coordonnées de l’animateur Pays de la Loire :
    Cyril ROUSSEL – Office Français de la Biodiversité
    cyril.roussel [at] ofb.gouv.fr
    06.58.38.59.76